Communiqué de presse

Communiqué de presse
« Nous Citoyens, l’Espoir en actes » représenté par Patrick Jimena et Elsa Galataud
Nous, les candidats Patrick Jimena et Elsa Galataud du large rassemblement « Nous Citoye(ne)s, L’espoir en actes » remercient toutes les électrices et les électeurs pour la confiance qu’ils leur ont témoignée. Cependant, 36 voix seulement leur auraient permis de se maintenir au deuxième tour, dans les conditions d’une victoire encore possible.
Nous restons fiers d’avoir tracé une autre perspective dans le paysage politique dans une campagne solidaire, généreuse et claire.

Des graines d’espoir ont été semées qui préparent l’avenir. Nous sommes les seuls sur le canton à incarner l’alternative solidaire, écologiste et citoyenne.


C’est en réunion du collectif élargi que nous avons arrêté notre position pour le second tour.
Nous ne sommes pas un appareil politique qui se comporte en propriétaire de ses voix et donne des consignes à ses électrices et ses électeurs. Chacun reste libre en toute conscience de VOTER ce qui lui semble le meilleur dans l’intérêt du canton sachant que les votes blancs ou nuls ne seront pas pris en compte.


Par ailleurs, personne n’est autorisé à s’approprier pour le second tour les logos des mouvements politiques sous lesquels se sont rassemblés des formations et des citoyens sous le label « Nous Citoyen(ne)s, L’espoir en actes ».


Une chose est pour nous importante aujourd’hui : à l’échelon du Département, les résultats du premier tour montrent qu’il est désormais exclu de voir s’installer une majorité de droite à l’Assemblée Départementale. Le PS y sera majoritaire, c’est acquis. Et la droite y sera minoritaire et impuissante.


Dans ces conditions, nous ne voyons aucun intérêt, pour le débat démocratique à l’Assemblée départementale, d’y voir notre Canton être représenté par un couple d’élus socialistes serviles, carriériste politique et cumulard, sans autre compétences ni convictions affichées que leur soumission aveugle aux consignes de leur appareil.

Pour le rassemblement « Nous Citoyen(ne)s, L’espoir en Actes »
EELV Colomiers, FDG, Nouvelle Donne, MRC
Elsa Gallataud. Patrick Jimena.
Contact : 06 40 63 73 86

Publicités

Renforcer les effectifs des Sapeurs-Pompiers au SDIS et revaloriser le travail des pompiers volontaires

Samedi dernier, au bal des pompiers à Colomiers. Belle soirée!

Bal_des_pompiers_2015

Mais le saviez-vous ?
Il manque des sapeurs Pompiers au Pompier Toulouse de Colomiers.

Leur activité est en constante progression à cause de l’augmentation de l’urbanisation et de la population.

Souvent le délais de 20 minutes pour arriver sur les lieux d’un accident est dépassé.
Saviez-vous également que les pompiers volontaires ont des conditions de travail exécrables?
Heures d’astreintes non payées, rémunération indigne…
Nous proposons donc de renforcer les effectifs et de revaloriser les pompiers volontaires.
La sécurité des biens et des personnes est un enjeu pour nous tous.

 

Le scandale de la privatisation de l’aéroport.

Nous, les candidats de NOUS CITOYEN-NE-S « l’espoir en actes », pensons qu’il est primordial d’avertir les citoyen(ne)s de la manipulation dont nous sommes tous victimes, ainsi que du danger généré par la privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac.

En effet, l’état prétend qu’il s’agit d’une privatisation partielle car il ne vend que 49,9% des parts et que l’aéroport restera sous contrôle public . Mais grâce à Mediapart dès décembre 2014 on apprend que la privatisation s’accompagne d’une clause de soutien des décisions du repreneur: (Voir : Aéroport de Toulouse: les preuves du mensonge)

=> L’état ne sera donc plus maître du devenir de l’aéroport, le repreneur privé sera seul décideur de son avenir.

La volonté du repreneur est simple: tripler le trafic aérien afin d’accroître les bénéfices. (Voir: Aéroport : un front contre la privatisation)

Le projet consiste à créer des interconnections  entre avions (un HUB): les passagers descendront d’un avion pour monter dans un autre.

Ce n’est pas cela qui va créer de l’emploi sur la région. Par contre, il est certain que cela va générer de fortes nuisances pour les riverains de la partie ouest de Toulouse Métropole. Ces nuisances s’accompagneront d’une dévaluation du prix de l’immobilier sous les couloirs aériens qui vont se multiplier. De plus, se rajouteront des problèmes de santé liés au stress dû au bruit et à la pollution.

Il faut rappeler que Toulouse est la seule grande ville Française ayant un aéroport aussi proche de son centre-ville. Ce n’est surement pas là qu’il faut bâtir un HUB.

Les candidats de NOUS CITOYEN-NE-S « l’espoir en actes » s’expriment:

Le conseil général de Haute-Garonne est actionnaire à hauteur de 5% de l’aéroport. Il a donc son mot à dire sur cette privatisation qui peut encore être annulée car entachée de nombreuses irrégularités.

Patrick Jimena a dénoncé très tôt ces dangers et ces irrégularités. Il a conduit le conseil général à adopter une résolution fin janvier 2015. (Voir : Ferme opposition du Conseil Général à la privatisation de l’aéroport Toulouse-Blagnac )

Patrick Jimena est aussi un membre actif du collectif contre la privatisation de l’aéroport, et il l’aide financièrement dans son combat judiciaire.

Nous alertons donc les citoyen(ne)s pour qu’ensemble nous nous posions les bonnes questions :
– Comment peut on expliquer que parmi les candidats à la privatisation de l’aéroport, M Macron (Ministre de l’économie) ait tout fait pour privilégier un candidat étranger, accusé pour des faits graves de corruption et financé de façon occulte depuis des paradis fiscaux?
Pour vous faire une opinion voir: La scandaleuse privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac

– L’aéroport rapporte à l’état 10 Millions d’euros par an. L’état vend ses parts 300 Millions d’euros, soit ce qu’il aurait gagné en 30 ans sans  le vendre. Pourquoi cette vision à court terme? N’aurait-il pas été bradé?

Pour vous faire une opinion voir: Des capitaux chinois à Toulouse-Blagnac : un « patrimoine bradé » ?

– Le pacte signé par l’état et les nouveaux actionnaires semble illégal. Les collectivités locales (dont le département) vont-elles agir pour annuler ce pacte d’actionnaires, comme le suggère le collectif contre la privatisation de l’aéroport? Sinon pourquoi?
Pour vous faire une opinion voir: Privatisation de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac : le Pacte d’actionnaires est-il illégal ?

Bio, aéroport, collège : ils veulent changer la vie

MM. Louis-Lhoste, Galataud, Jimena et Fillon. /DDM, Nathalie Saint-Affre
 
MM. Louis-Lhoste, Galataud, Jimena et Fillon. /DDM, Nathalie Saint-Affre

Ils ont édité un marque-page contenant quelques graines : «Parce qu’elles symbolisent L’Espoir en actes, notre slogan» explique Patrick Jimena, seul conseiller général écologiste sortant et candidat sur le canton de Toulouse 7 avec Elsa Galataud (PCF/Front de gauche). Avec leurs remplaçants Gwenael Fillon (Nouvelle donne) et Maryline Louis-Lhoste (Europe écologie-Les Verts), ils constituent «un rassemblement historique». Ils ont présenté hier leur candidature dans le quartier toulousain de Saint-Martin-du-Touch, où les toits des maisons tutoient les avions. Leur projet s’articule autour de trois thèmes : favoriser les circuits courts et la création d’un marché bio dans le quartier ; s’opposer par tous les moyens à la privatisation de l’aéroport et l’accélération programmée du trafic ; réclamer un nouveau collège.

«Nous souhaitons investir dans des terres pour permettre l’installation de jeunes agriculteurs. Être solidaire, c’est aider l’implantation de maraîchers bio qui vont nourrir la ville» expliquent les candidats.

Pour ce qui concerne l’aéroport, Patrick Jimena réaffirme «son opposition ferme» à la privatisation. Selon lui, «l’objectif du repreneur est de multiplier le trafic par trois. Cela aura un impact environnemental majeur avec les nuisances sonores, en particulier à Saint-Martin-du-Touch». Pour les candidats, le projet de privatisation nécessite encore plus de démocratie et de transparence. Ils proposent ainsi des assemblées citoyennes sur le canton pour juger le travail des élus et une émission de radio sur la vie du canton.

Enfin, ils souhaitent «un gros travail sur la carte scolaire» et «l’éco-construction» d’un collège à Toulouse, à proximité de Saint-Martin-du-Touch.

par S.M.

Article de la DDM – le 04/03/2015 – Droits réservés : source : http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/04/2059669-bio-aeroport-college-ils-veulent-changer-la-vie.html

Les pièges de l’abstention

MainSopheVoteEn sillonnant les marchés dans le cadre des élections départementales, nous rencontrons des femmes et des hommes de tous horizons, nous savons que traditionnellement les élections cantonales ne motivent guère, pourtant les compétences des départements sur la vie de tous les jours ne sont pas minces…
Il est vrai que ces compétences vont être « revisitées », bref tout cela amène nombre de citoyennes et citoyens à annoncer leur intention de ne pas voter. La confusion est totale, nul se sait plus ce que droite ou gauche peut signifier, puisque aujourd’hui il faut bien le dire ce gouvernement prétendument de gauche mène une politique que la droite dite libérale ne renierait pas. Il suffit de voir le détail du vote sur la loi Macron pour s’en convaincre, le gouvernement a obtenu le soutien ferme des élus de la droite, contre une partie de sa propre majorité.
Nous portons tous nos efforts pour inciter femmes et hommes à voter, le droit de vote a été gagné de haute lutte par nos aïeux, c’est un droit mais aussi un devoir. Il ne sert à rien de se plaindre des orientations toujours plus néfastes pour le plus grand nombre et déserter ensuite les urnes…
Il faut partout se saisir des opportunités de s’exprimer et s’exprimer pour apporter le soutien aux rassemblements qui proposent des changements de fond. Une meilleure répartition des richesses, une économie basée sur le respect de l’environnement, soucieuse de préserver des emplois locaux, des orientations sociales faisant une place à chacune et à chacun avec des droits inaliénables: santé, culture, éducation, égalité des sexes etc… doivent nous guider dans le choix à faire
De ce point de vue, sur le canton de Toulouse 7, l’offre de Nous, citoyen(ne)s, l’Espoir en actes mérite le « détour ».

L’aéroport de Toulouse-Blagnac n’est pas à vendre.

Aeroport_manif_Elsa_MarylineManif_Aeroport

Plus de 700 personnes, place du Capitole, pour dire non à la privatisation de l’aéroport Toulouse Blagnac.
L’enjeu est de taille. Il s’ agit de sauvegarder le respect de l’environnement, de préserver la gestion publique et de ne pas tomber dans un modèle économique dangereux et obsolète.

Elsa et Maryline étaient présentes parmi les manifestant(e)s contre la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, le 31 janvier dernier.